Archives pour la catégorie soluto

Héroïne de la machine temporelle…

redites-moi-des-choses-tendres, nu, acrylique, board, grey, painting, body, soluto

Huile sur toile, 81 x 65 cm, 2019

redites-moi-des-choses-tendres, nu, acrylique, board, grey, painting, body, soluto

Détail

Si tu lui avais dit quand elle avait quinze ans
que cinq ans plus tard elle coucherait
avec un type chauve et qu’elle aimerait ça,
elle t’aurait trouvé très abstrait.

Richard Brautigan

Dont je viens de relire Mémoires sauvés du vent traduit par Marc Chénetier avec un étrange plaisir

Un cœur souple…

redites-moi-des-choses-tendres, nu, acrylique, board, grey, painting, body, soluto

Huile sur toile, 100 x 81 cm, 2019

redites-moi-des-choses-tendres, nu, acrylique, board, grey, painting, body, soluto

Détail, premier jet, mise en place, premiers jus

redites-moi-des-choses-tendres, nu, acrylique, board, grey, painting, body, soluto

Palette : Bleu de céruléum, terre de Sienne, terre de Sienne brûlée, rouge cadmium moyen, bleu de Prusse, vert de vessie, ocre jaune.

Ernest Boubouroche…

redites-moi-des-choses-tendres, nu, acrylique, board, grey, painting, body, soluto

Crayon papier, 15 cm x 21 cm, février 2019

(…)

Le monsieur reprit :
– Monsieur, nous ne vivons plus aux temps qu’a illustrés la Tour de Nesles, où l’épaisseur des murailles étouffait les cris des victimes. Les siècles ont marché, les hommes ont produit… A cette heure, nous habitons des immeubles bâtis de plâtre et de papier mâché. L’écho des petits scandales d’au-dessus, d’au-dessous, d’à-côté, en suinte à travers les murs, ni plus ni moins qu’à travers de simples gilets de flanelle. Depuis huit ans j’ai pour voisine de palier cette personne que, naïvement, vous ne craignez pas d’appeler votre «amie». Depuis huit ans, invisible auditeur, je prends, à travers la cloison qui sépare nos deux logements, ma part de vos vicissitudes amoureuses… accompagnées de plusieurs autres. Depuis huit ans je vous entends aller et venir, rire, causer, chanter le Forgeron de la Paix avec cette belle fausseté de voix qui est l’indice des consciences calmes, frotter le parquet, remonter la pendule et vous plaindre, non sans aigreur, de la cherté du poisson : car vous êtes homme de ménage et volontiers vous faites votre marché vous-même. C’est exact ?
– Rigoureusement, dut reconnaître Boubouroche.

Le vieillard eut un mince sourire, but un peu de bière et poursuivit :
– Depuis huit ans, je m’associe… – homo sum et caetera, – à vos joies et à vos misères, compatissant à celles-ci et applaudissant à celles-là, admirant l’égalité de votre humeur dans la bonne comme dans la mauvaise fortune, partageant vos muets étonnements quand on vous reproche (tel hier encore), d’être ivre à huit heures du matin, c’est-à-dire au saut du lit, et admirant la grandeur d’âme qui vous porte à ne pas rouer de coups de canne votre «amie» chaque fois qu’elle l’a méritée. Eh ! bien… – Ici je réclame de votre part un redoublement d’attention : ce qu’il me reste à vous révéler est en effet du plus haut intérêt, -… Eh ! bien, dis-je, de ces huit ans, pas un jour ne s’est écoulé qui n’ait été pour votre «amie» l’occasion d’une petite canaillerie nouvelle ; pas un soir vous ne vous êtes couché qu’excellemment jobardé et cocufié comme il convient ; pas une fois vous ne franchîtes le seuil du modeste logement payé de vos écus, où s’abritent vos plus chers espoirs, qu’un homme – vous entendez bien ? – n’y fût caché.

Boubouroche bondit :
– Un homme !
– Oui, un homme.
– Quel homme ?
– Un homme, expliqua le monsieur, de qui j’entends, avant vos arrivées, la voix,et, après vos départs, les rires.

COURTELINE, Georges Moineaux dit Georges (1858-1929) : Boubouroche, nouvelle (1892).

En s’armant, un peu, aussi, peut-être…

redites-moi-des-choses-tendres, nu, acrylique, board, grey, painting, body, soluto

Huile sur panneau, base acrylique, 50 x 70 cm, mars 2019
Noir d’ivoire, blanc de Titane, ocre jaune, rouge cadmium moyen ( et une pointe de céruléum) Palette Zorn

 

On s’aime

On s’aime, on se ment.
On s’aime en serment.
On s’aime en s’aimant.
On s’aime en sarment.
On s’aime en semant.
Ensemencement.

Paul Fort

Pigments, huile et sentiments au couteau à palette…

redites-moi-des-choses-tendres, nu, acrylique, board, grey, painting, body, soluto

Huile sur toile, 40 x 40 cm, mars 2019

 

Nous ne sommes pas libres (…) de séparer le corps de l’âme, comme fait le peuple, et nous sommes moins libres encore de séparer l’âme de l’esprit. Nous ne sommes pas des grenouilles pensantes, nous ne sommes pas des appareils objectifs et enregistreurs avec des entrailles en réfrigération, il faut sans cesse que nous enfantions nos pensées dans la douleur et que, maternellement, nous leur donnions ce que nous avons en nous de sang, de cœur, d’ardeur, de joie, de passion, de tourment, de conscience, de fatalité. La vie consiste, pour nous, à transformer sans cesse tout ce que nous sommes, en clarté et en flamme, et aussi tout ce qui nous touche. Nous ne pouvons faire autrement.

Nietzsche, Le gai savoir, préface…