Archives pour la catégorie Lavis…

Pages de cahier à dessins (Frames) 001…

paysage, croquis havrais, dessin, grey, soluto

paysage, croquis havrais, dessin, grey, soluto

Quelques dessins, quelques pages, par distraction, pour voir, pour rire, pour balader sa bonne mine, pour frotter ses couleurs, pour se faire l’œil et la pince, pour avoir le plaisir d’écouter Charles Trenet ou, comme tout à l’heure, Archie Shepp (BO de Faut que ça danse)

Vernissage — Dessin Quotidien #2 — 1er octobre 2016…

aquarelle satellite brindeau portraits watercolor soluto

Aquarelle 16 x 24 cm Autoportrait barbu

J’y présente une série d’une vingtaine d’aquarelles, dont celle-ci…  Des grotesques, des masques, une cagoule, des filles, des bouilles, des faces et des tronches, vues du dedans, vues du dehors…

Je serai très bien entouré d’ Élise Bergamini, Yves Bodiou, Christophe Horlain, Jean-Christophe Leforestier, Gaspard Lieb, Marine Penhouet, Marie Rauzy.

Ne ratez pas le vernissage, demain à 18 heures…

 

Soupçons…

aquarelle portraits le havre soluto

Aquarelle 16 x 24 cm

On sourit comme un saint
On ne bronche pas
Quand le vent souffle fort on s’aplatit, creuse le ventre, serre les fesses
On attend que ça passe
On ne se lève pas
Le moindre mouvement éveille l’attention du chasseur
On ne joue pas non plus au plus fin
Plutôt que museler on laisse parler, on rassure, on restaure
Fantasmes, ruminations minent, mentent
Les fragiles grimpent aux cocotiers, décrochent les fusils, tirent dans le tas
Plus modestement les dupés, les floués, les trompés se meurtrissent, s’asticotent, se tarabustent
Ils veulent se guérir du doute, rêvent de preuves, se ravagent
Puisqu’il faut qu’ils compliquent, qu’ils complotent, qu’ils tricotent ou qu’ils supputent
Puisqu’il importe qu’ils tiennent, qu’ils sachent, qu’ils mordent
Qu’on leur jette au museau une chanson d’été, rincée de sanglots, déminéralisée, lascive et irisée.
Mais surtout qu’on n’avoue rien

Puisqu’ils ne supportent pas la vérité, qu’on la leur épargne

La mémoire qui tient bon… Jeanne Moreau, Jeanne Amour …

aquarelle portraits Jeanne Moreau soluto

Jeanne Moreau Aquarelle 16 x 24 cm

 

Enfant, déjà lassé de Sylvie Vartan, effrayé par Sheila, tout affolé par les sautillantes Clodettes dont la plus noire d’entre elles me tourneboulait, je trouvais le repos en rêvant de Stéphane Audran que j’avais vu à la télé dans La Femme Infidèle. Plus tard j’aperçus dans les coulisses du Mystific la jolie Jeanne en tenue légère. Comme je lui trouvais un air de ressemblance avec l’une de mes jeunes tantes mon plaisir fut dans un premier temps étouffé.
Par chance je la retrouvai quelques années plus tard magistrale, veuve et tueuse dans un film de Truffaut. Je décidai alors de l’aimer pour la vie.
Pour l’instant je tiens parole. J’attends qu’elle me déçoive.
Heureusement tout de même que je ne lui avais pas promis l’exclusivité.