Archives pour la catégorie De Chine…

Voeux 2023 (qui ressemblent étrangement à ceux de 2017…)

crayon, dessins, dessin, acrylique, peinture, pastel, numerique, croquis, sketch, soluto, lavis, auteur, roman

Mes bons amis,

Cette année 2023 ne sera ni pire, ni meilleure que les précédentes.

Elle charriera son lot de malheurs et de joies mesquines. Nous frémirons de plaisir un jour pour mieux nous morfondre le lendemain. Les circonstances nous bringuebaleront, nous nous convaincrons d’être responsable de nos réussites, tous nos échecs seront la faute à pas de chance, à l’adversité, aux cons qui ne manquent pas et surtout à la réalité qui ne se conforme jamais de bonne grâce à nos désirs.

Des volcans vont péter, des tsunamis vont engloutir, des maladies vont décimer, des petits enfants en Afrique continueront d’être échangés contre du bétail pour aller travailler dans des mines.

Chez nous, sachons nous recentrer, les chauffeurs d’opinions, pour tromper leur ennui, attiseront des rancœurs. Ils débusqueront des scandales et exciteront les bas instincts des naïfs qui pensent de traviole. Le tweet meurtrier et le post définitif n’ont pas fini de sévir. La langue vipérine sera maniée, parfois avec talent, pour que nous avalions mieux les couleuvres.

Les meutes y trouveront leur content. Elles se griseront au bashing, à la louange imbécile. Grondements et jubilations seront garantis derrière les écrans. La vérité sera validée par l’audimat et la raison du plus fort se comptera en millions de vues sur YouTube.

Des oiseaux de mauvais augure passeront tout au hachoir de la désespérance et des ravis de la crèche sèmeront de l’espoir en confetti à pleines poignées. On gobera des foutaises. On s’en remettra toujours, à coups d’illusions, de drogues, de coups tirés, d’excès de travail ou de flemme, de carte bleue…

Parfois nous nous apercevrons dans les miroirs. Nous penserons à nos amours, à nos morts, à nos enfants et, sans trop y croire, aux jours où nous ne serons plus.

Les vœux 2023, à part faire coucou aux poteaux, n’ont aucun intérêt.

Plutôt que de vous laisser malmener par les circonstances, ou berner par la propagande, prenez plutôt de bonnes résolutions : promettez-vous de venir sur mon fil, mon blog, mon site, mes pages.

Au moins pourrez-vous vous y régénérer l’œil avec de la peinture fraîche et des dessins diversement troussés !

La bise aux filles, à tout bientôt, donc…


Portrait de Raimund Hoghe. Dansons !

Raimund Hoghe (1949-2021) était un danseur, un chorégraphe de danse contemporaine et un metteur en scène allemand.
Il est né avec une malformation de la colonne vertébrale.
A propos de sa bosse il a dit : « Je ne peux pas passer outre, elle fait partie de moi et devient un instrument de mon travail spectaculaire. Les spectateurs voient ce qu’ils ne veulent généralement pas voir et s’interrogent sur le droit que j’ai de me montrer ainsi, de m’exprimer et, au-delà, sur le droit que j’ai ou non de vivre. Je ne comprends pas pourquoi la différence est souvent assimilée à la laideur. En Allemagne, je n’oublie jamais que des gens comme moi ont fini en camp. Ma bosse indique la place qu’a l’homme par rapport à sa propre fin dans un éblouissement. »
Ce portrait à l’encre de Chine m’a été inspiré par « An Evening With Judy »
crayon, dessins, dessin, acrylique, peinture, pastel, numerique, croquis, sketch, soluto, lavis, auteur, roman

Dessin à l’encre de Chine, 21 cm x 29,7 cm, août 2022

crayon, dessins, dessin, acrylique, peinture, pastel, numerique, croquis, sketch, soluto, lavis, auteur, roman

Détail