Archives de l’auteur : soluto

Cosette big close up…

nu, acrylique, board, grey, painting, body, soluto

nu, acrylique, board, grey, painting, body, soluto

nu, acrylique, board, grey, painting, body, soluto

nu, acrylique, board, grey, painting, body, soluto

Mais cliquez donc!

Détails du panneau précédemment posté.

Vous, je ne sais pas, mais moi j’aime m’enfoncer dans les couches, les glacis, les accidents, les frottis. Dès que je tombe sur une image bien définie je passe de longs moments à la contempler. Je scrute Vermeer, Velázquez, Rembrandt mieux que je ne pourrais le faire dans un musée. Je vois leurs œuvres, délicatement éclairées, mieux qu’eux-mêmes n’ont pu les admirer.

J’entrevois l’intelligence qu’il leur a fallu pour que vibrent des pigments prisonniers de pâtes, de gels, de vernis, pour que des couches chantent, pour qu’ils aillent où d’autres n’étaient pas allés, pour que leur pratique, leur puissance se substituent à leurs pensées.

J’aime me rappeler que la peinture -celle que j’aime- n’est pas un moyen mais un médium, que son fond et sa forme sont indissociables -comme la couleur et son véhicule-, et que chaque touche porte en elle une part de liberté incompressible qui se rit de toutes nos spéculations oiseuses, de nos livres bavards et des imbéciles qui pensent que tout se vaut.

Je m’étonne d’être aussi joyeux…

nu, acrylique, board, grey, painting, body, soluto

Il fait froid à l’atelier. Le radiateur soufflant s’essouffle. Je dessine à la maison.

Je dessine en écoutant Clément Rosset. Une pleine page trouvée sur La main de Singe. Y a d’la joie, mais ne nous trompons pas : Clément rosse est.

J’avais approché ce philosophe par une émission de Raphaël Enthoven, il y a de nombreuses années, attrapée au vol sur France-Culture. Accroché, j’étais allé aux livres. L’animateur philo, qui m’assurait que j’y entrerais comme dans du beurre,  vantait la simplicité du texte – du texte, pas des idées qu’il renfermait. Il m’avait un peu menti. Il fallait tout de même s’accrocher.

Pour m’aider à aborder ses ouvrages je trouvai les entretiens donnés par ce penseur du tragique pas si avare de sa parole. Régal. Joie d’une diction singulière, alternant le sérieux et l’amusé, le rond et le précipité, les mélangeant souvent. Une parole malicieuse, se nouant à des rires impromptus, doublée d’une puissance de pénétration jubilatoire.

Hier soir, donc, je dessinais en l’écoutant – pour autant qu’on puisse nommer ainsi une main qui musarde en mode automatique sur un bloc sténo. Quand j’ai regardé ce que j’avais commis c’était une femme nue. J’étais content. Pas de mon dessin, encore que. Non j’étais content. Content d’être là, au chaud, dans la lumière douce, penché sur mon bloc, la langue pliée, le sourcil perché, un thé tiède, russe, à portée de paumes,  tout ravi d’avoir écouté la leçon.

Je vole au chat l’attention têtue ou le plaisir idiot de reposer sans question dans ma viande.

Certains jours, même, j’offre mes flancs, mon ventre blanc, ma gorge pour les caresses à ronrons.

Votre âme est un paysage choisi…

nu, acrylique, pétard, board, grey, painting, body, soluto

Acrylique sur panneau, 30 cm x 40 cm, janvier 2017

Clair de lune

Votre âme est un paysage choisi
Que vont charmant masques et bergamasques
Jouant du luth et dansant et quasi
Tristes sous leurs déguisements fantasques.

Tout en chantant sur le mode mineur
L’amour vainqueur et la vie opportune
Ils n’ont pas l’air de croire à leur bonheur
Et leur chanson se mêle au clair de lune,

Au calme clair de lune triste et beau,
Qui fait rêver les oiseaux dans les arbres
Et sangloter d’extase les jets d’eau,
Les grands jets d’eau sveltes parmi les marbres.

Paul Verlaine, Fêtes galantes